Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La collection démodée ou mh cherche maris (Notes du grenier...)

1221146708.jpgAlors qu'un ami me souhaitait un mari avec une insistance trouble, je me suis soudain rendue compte que les seules personnes à m'avoir conseillée cette alternative comme remède à tous les maux, étaient des hommes, parfois mariés eux même, et croyant aux vertus du mariage avec la même ingénuité qu'une jeune fille pré-pubère du début du siècle.

Ma propre mère ne se risque plus à ce genre de recommandation, et bien que maire elle-même, elle a abandonné l'idée de me voir prononcer le oui fatidique sous ses augustes auspices.

Me souhaiter un mari, n'est-ce pas un peu restrictif tout de même ?

Non que l'exclusivité en ces domaines fût pour moi une tare. Mais un mari…
Je ne sais même pas ce que c'est qu'un mari !

Je me doute bien qu'il est des activités gymniques qui deviennent, avec ce dernier, récurrentes (sic). Je subodore que n'ayant pas le moindre talent pour l'organisation d'une vie à deux ou plus, il prend en charge ce qui m'est désagréable (repassage ménage) lorsque je n'envisage pas cela sous le strict angle d'une méditation zen. Je lui laisserais alors avec un certain plaisir le monopole de ces activités me chargeant en revanche de toutes les fastidieuses démarches qui consiste à lui demeurer toujours plus précieuses et… Ah non, ce n'est pas de cela qu'il s'agit ! Ah je vois ! Mais alors, est-il question d'une punition divine ?

Je m'avoue totalement inexperte en mari………
Si j'en crois une vieille dame fort malicieuse, il serait des maris, comme des hommes: il en faudrait plusieurs pour en faire un bon.
Faudrait-il donc que je commence, une collection de maris ?
Je n'ai pas l'âme collectionneuse.

Mon compagnon, "mon meilleur ami", comme dirait Colette, me demande ce que j'écris.
- Je parle des maris, de ces hommes qui deviennent des maris, lui dis-je.
- Tu me vois devenir le tien ? Lance-t-il mi-sérieux, mi-blagueur.
Je le regarde de haut en bas l'air pincé avant de m'écrouler de rire. Que voulez-vous, j'ai un certain mal à contrôler mes émotions.
- Mais mais… fait-il.
Il vire écarlate.
- Non, monsieur mon doux, mais ça fait rudement plaisir que tu me l'aies demandé.
Il hausse les épaules. Il prend son sac. Il sort en claquant la porte.

Et si, à tout hasard, je la commençais quand même ma collection de maris ?

 

mh,

Catégories : La lettre de mh 6 commentaires Imprimer Pin it! Lien permanent

Commentaires

  • Mon deuxième ex-mari m'avait dit : " si je n'étais pas ton mari, je serais ton meilleur ami".
    Il est devenu mon pire ennemi quand je n'en ai plus voulu comme mari.
    Tant qu'il était mon mari, il avait besoin de me contrôler. Quand je n'en ai plus voulu, il m'a brisée.
    Au début il voulait m'épouser "pour me protéger". Méfiez-vous, Mesdames, des soi-disant protecteurs. Ils ne protègent que leur propriété privée.

  • juste pour te dire que la michèle qui a posté le 01 septembre, ce n'est pas moi ;))
    j'le dis à cause de la similitude prénom/histoire... mais moi les maris j'aime paaas.
    bon alors t'as fini le repassage ? arf arf.
    bise madame

  • Bravo, bravo, bravo excellente analyse je l'ai imprimée pour la faire lire à Jacques . L'article sur la politique est bien vu également je vais l'amener le 20/11 lors des élections du PS pour le secrétaire national.Bises .A plus Michèle Solano.

  • au fait, c'est bizarre, cet ami qui te suggère de prendre mari (je sais, ça se dit pas, (intéressant: on disait seulement "prendre femme"), alors que tu as un compagnon attitré depuis quelques année déjà. Aurait-il, te concernant, des ambitions qu'il n'ose avouer?

  • C't'une vieille note........................ ............................................

  • oui, une vieille note. Depuis, le miracle semble avoir eu lieu. N'a jamais été aussi stable, et, apparemment, aussi heureuse, la MH de la frontière bleue. Les chemins pour y arriver n'étaient pas simple, il faut l'avouer, mais ils sont à l'image de notre auteure.

    Si un jour, elle n'avait pas chaussé une paire de rollers sur un parking....

Les commentaires sont fermés.