Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La lettre de mh,

  • Assignation à résidence - Journal macronique

    17 janvier 2022

    Cela commence par ne plus pouvoir entrer dans une bibliothèque.
    L’enfant non plus.
    Je n’ai, semble-t-il, pas pris la bonne décision.
    Je découvre qu’une décision conforme au droit peut conduire à l’assignation à résidence en Europe au 21e siècle.
    Que le président de la République, que j’ai eu la maladresse d’élire par défaut, veut m’emmerder.
    Je ne peux plus aller dans les musées.
    L’enfant non plus, ni prendre le train pour aller voir ma mère, à moins qu’elle ne soit mourante.
    Il ne suffit plus de respecter la loi; il faut être un bon citoyen, obéir aux injonctions multiples. Il faut croire, les yeux fermés. Il faut avoir foi en tous les Diafoirus  du temps. Eux savent. 
    Mais la loi  ? 
    Non: crois  ! Cela suffit !
    Parce que l’hôpital ! Parce que les statistiques  ! Parce que PARCE QUE  !
    J’ai eu la maladie. 
    Je fais très attention à ne pas risquer de contaminer les fragiles.
    Je suis respectueuse.
    Je suis assignée.
    Je suis désignée
    Je ne suis rien.
    Commence la banalité du mal.
    Te contraindre pour ton bien et pour le salut des citoyens conformes…

    mh,

    Catégories : Journal Macronique 1 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent
  • La ballade des pendus. (11 septembre 2001)

    La folie c'est de penser que cela c'est passé. La folie c'est qu'ils ont rapproché le désastre de chacun. Ils l'ont mis tout près. Les faiseurs d'images du monde entier se trouvaient là pour que nous entrions dans l'intimité de la douleur, et de cela ils se sont servis.

    Même si la colère nous prenait à penser que d'autres n'avaient pas eu droit à l'exploration de leur mal et que, du coup, celui-ci nous avait paru plus lointain, ils avaient visé " juste ". Ils avaient atteint l'endroit où TOUTES les douleurs seraient comprises.


    " Frères humains qui après nous vivez ", cette phrase ne cesse de me trotter dans la tête.

    J'ai arrêté les paroles des transistors. Je sais que cela est arrivé et que cette douleur ils ont réussi à la rapprocher de moi, et la rapprochant, ils prennent le risque que les Hommes y réagissent avec sagesse.

    La détestation d'un système dont je profite, ne m'empêchera pas de penser à ceux là " Frères humains ", et tous les désastres me deviennent soudain plus proches, et celui-ci, désastre parmi les autres prend sa place.

    Qui suis-je, hors du temps, qui suis-je sur la roue même à me demander pourquoi je vis, et pourquoi ceux-là sont morts ?

    Vous les disparus, vous les souffrants, en tout temps et en tous lieux
    Me montreriez-vous ce qui en moi vous tue ?

    mh,

    12 septembre 2001

    Catégories : La lettre de mh 4 commentaires Imprimer Pin it! Lien permanent
  • Slogans agréés préfecture: Journal macronique

    Extraction: les autres textes de la même"époque" seront dans le prochain JM.

    Lire la suite

    Catégories : Journal Macronique 3 commentaires Imprimer Pin it! Lien permanent
  • Journal macronique: publication.

    Mes textes sont disponibles sur internet depuis... toujours. J'ai voulu en regrouper certains pour faciliter leur lecture sur des liseuses ou des téléphones. 

    Merci de me lire ! Et selon Amazon (un peu le grand satan mais plateforme que je sais utiliser...) il n'y a aucune faute à déplorer...  C'est juste une précommande la parution aura lieu le 1er avril 2021
    Et merci pour vos commentaires !!!!

    NB: Il y a une mini contribution financière à la lecture....

    Donc, vous pourrez désormais lire le "journal macronique" ici:

    Catégories : Journal Macronique 1 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent
  • Détruire l'Etat - Journal Macronique

    Ce qui est à l’œuvre aujourd’hui c’est cela : détruire l’état. Nous faire haïr le moindre de ses représentants pour, violence, incompétence, manque de moyens ou toutes autres raisons possibles. Ainsi, il sera facile d’inventer sur les ruines, le monde privatisé numérisé que d’aucuns souhaitent. Le peuple, piloté par algorithmes, posera le sac de la société de consommation pour subir plus intimement encore une société d’hyperconsommation qui le suivra à la trace.
    Ne soyons pas surpris par l’incompétence affichée de nos élites. Ne nous demandons même plus qui consciemment ou inconsciemment elles servent. Observons les financeurs de campagnes, l’entourage et les invités des présidents et nous verrons se dessiner l’état détruit que les marionnettes aux manettes nous construisent.
    Une France est morte.
    Et nous aurions tort d’accuser les pauvres gens d’ici ou d’ailleurs de cet assassinat.

    mh,

    Catégories : Journal Macronique 1 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent
  • 21 septembre 2017 Marche funèbre...

    Comme le défilé d'une fin.

    Manifestation contre les ordonnances.

    Nous nous apercevrons trop tard de ce qu'ils ont tués et que nous avons été incapable de défendre.

    mh,

    0 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent
  • Manif 12 septembre Paris - Journal Macronique

    On ne le voit peut-être pas mais beaucoup de monde là bas tout au bout.

    Belle journée à vous !!!

     

    mh, sans les pieds

    Catégories : Journal Macronique 0 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent
  • Upcycling

    Upcycling: j’achète un pantalon en lin blanc belle tenue sans tache à la recyclerie près de mon chez moi, 3 euros avec un short noir et une chemise "comme des garçons".

    La chemise "comme des garçons" trop petite et bizarre, mais le tissu coton intéressant,
    le short noir ok,
    le pantalon en lin trop petit.
    Animée par un esprit d'économie en vue de mes futures vacances; je l'agrandis avec un tissu en lin à l’imprimé improbable de mon stock

    Je suis très curieuse du résultat.....

     

    mh, en couture

     

    Catégories : DIY: Couture 0 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent
  • Le lieu où je me repose...

    cathy la brebis.JPGLe lieu où je me repose est encadré par des galets d’argent.
    Le sang des roses éclabousse le jardin.
    La verveine pousse au pied de la statue de la vierge.

    Le temps où je me repose est entre ma main dans celle de ma grand-mère,
    et son corbillard fleuri.

    Là, est tout mon trésor.


    (c) mh,

    rerererepublication...

    Catégories : La lettre de mh 2 commentaires Imprimer Pin it! Lien permanent