Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Parfois s'enfuir - Journal Macronique


Après les paniques diverses déversées dans les “actualités”, les Pyrénées me semblent, un refuge acceptable.
Là où le “C et T” y voit un moyen de “poser 2 kilos de son sans emmerder personne ” (*Voir ci-dessous), ce qui aurait l’avantage d’éloigner les importuns, j’en envisage le calme, du coup par intermittence.
La proximité d’un entourage bienveillant et un air qui ne me tire pas des larmes dès les beaux jours (à Paris, je pleure beaucoup) pourrait, aussi faire pencher la balance vers cette reconquête de mon sud-ouest.
Pourtant, malgré la foule, la chaleur, les menaces réelles ou statistiquement négligeables, redescendre vers les montagnes n’est pas si simple.

Arrivée à la capitale gare d’Austerlitz à 19 ans, je m’y suis construite peu à peu, c'est-à-dire que j’ai réussi à consolider la matière friable dont j’étais bâtie.
Fille d’une fille d’émigrés espagnols et d’un fils de famille bourgeois en partie brisé par 2 guerres, c’est dans cette ville que j’ai commencé à me comprendre, loin des tentacules familiales et de la grosse bande de névrosés que nous étions. A l’orée de l’âge adulte, je ne connaissais pas le mot: ”névrose” et je ne savais pas non plus que j’avais à ce point besoin de raconter des histoires pour savoir où “j’existais”. Je n’identifiais même pas ce  “je” que pourtant j’employais souvent. (Et encore) Je crois que je voulais, sans en être consciente, être un “centre”. Je ne savais pas et ne suis pas sûre encore de savoir ce qu’il était. Un vide, un trou noir ? Il devint un aspirateur à histoires. Pas de grandes histoires mais des minuscules, des anecdotiques des “rien du tout” d’histoires, que j’aimais raconter.
Observer, essayer de mettre les mots les plus justes, les plus proches de la réalité ressentie. Ce plaisir à raconter ; pas forcement à écrire,  sinon j’accumulerais les manuscrits dans mes tiroirs, mais raconter, sentir comment les autres écoutent, laisser la parole, la reprendre, bafouiller quand je crois que l’auditoire  n’est pas “accrochés” qu’une idée très claire se forme à toute vitesse dans ma tète et devient floue, presque’aussitôt chassée par une autre.

J’ai dû comprendre très tôt qu’il était nécessaire de percevoir les moindres changements d’humeur autour de moi et que les histoires que je me racontais ou que j’entendais de ma famille, pourraient me servir de passeport auprès des autres humains, dessiner une dentelle autour d’un moi en creux.

Un jour peut-être nous partirons, malgré les attraits de ma ville. Nous trouverons ce qu’il faudra pour vivre ailleurs sans trop de peine. L’air irrespirable remplacé par l’air frais et le bruit des voitures sur la place par les chants de coqs le bruit des tracteurs et le roucoulement des tourterelles turques.
Je m’agacerais alors de la proximité de ma famille, de la boue dans la cour et des crottes sur les oeufs de poules, et je regretterais la ville.

Il m’arrive de me rêver en grande bourgeoise du XIXème, juste pour le plaisir de leur transhumance:  l’hiver en ville et l’été à la campagne entourée de thés, de chocolat, de livres de mes amours et de mes amis.

La réalité est trop brutale pour y croire, souvent je préfère les histoires.


mh,

PS: Voilà l’Agenda
l’Elysée, ces derniers jours n’a pas chômé pour remettre la France “en marche”.
Ah,
ça ira
sans doute…


mar 23 Mai 2017

09h00 Entretien avec M. Laurent BERGER, Secrétaire général de la CFDT
10h00 Entretien avec M. Philippe MARTINEZ, Secrétaire général de la CGT
11h00 Entretien avec M. Jean-Claude MAILLY, Secrétaire général de FO
12h00 Entretien avec M. Pierre GATTAZ, Président du MEDEF
14h30 Déplacement à l'ambassade de Grande-Bretagne
15h00 Entretien avec M. François ASSELIN, Président de la CPME
16h00 Entretien avec M. Alain GRISET, Président de l’U2P
17h00 Entretien avec M. François HOMMERIL, Président de la CFE-CGC
18h00 Entretien avec M. Philippe LOUIS, Président de la CFTC

mer 24 Mai 2017

08h30 Entretien avec M. Edouard PHILIPPE, Premier Ministre
09h00 Conseil restreint de défense
10h00 Conseil des Ministres

*

1 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent

Commentaires

  • un bien joli texte mh mais je n'en crois pas mes yeux, tu ne fais plus de fautes d'orthographe! je t'embrasse.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés le week-end et la semaine entre 19 h - 08 h (Europe/Paris).

Optionnel