Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La lettre de mh, - Page 4

  • Le lieu où je me repose...

    cathy la brebis.JPGLe lieu où je me repose est encadré par des galets d’argent.
    Le sang des roses éclabousse le jardin.
    La verveine pousse au pied de la statue de la vierge.

    Le temps où je me repose est entre ma main dans celle de ma grand-mère,
    et son corbillard fleuri.

    Là, est tout mon trésor.


    (c) mh,

    rerererepublication...

    Catégories : La lettre de mh 2 commentaires Imprimer Pin it! Lien permanent
  • De la compréhension de mh, moi quoi...

    pantalon burda.jpgFinalement je ne suis pas persuadée  que les patrons japonais soient plus difficiles à comprendre que les patrons Burda.

    « Surfiler un grand bord de chaque parementure de poche (ce sera le bord intérieur). (J'aime bien la précision) Bâtir les parementures sur les bords de montage de deux fonds de poche, piquer leur bord intérieur. Recouper les extrémités qui dépassent. (AH BON  ????  Is veulent que je coupe les POCHES maintenant  que j'ai passé 8 ans à les faire ???? gnian gnian gnian).

    Lire la suite

    Catégories : DIY: Couture 1 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent
  • La mère de mes amies.

    La mère de mes amies est morte hier.

    Je me souviens qu’elle adorait la Grèce, qu’elle en revenait très bronzée en fin d’été.


    Je me souviens de la soupe au pistou (du pistou ramenée de Grèce donc et cultivé dans des pots devant la maison), des salades de tomates aux petites olives, de sa "poêle à œufs", de ses verres en cristal.


    Je me souviens de Léo Ferré au Parvis à Tarbes avec les parents de mes amies, mais sans elles je crois…


    Je me souviens de  “Los caracoles” à Barcelone, du musée et de la maison de Dali à Cadaques…

    Je me souviens que chez elle, adolescente, j’ai écouté Míkis Theodorákis, Maria Farantouri, Victor Jara, les Quilapayun…

    Je me souviens que lorsque nous étions seules dans sa maison, nous faisons les andouilles en écoutant ses disques, à tue tête.


    Je me souviens de l'odeur et de... l'atmosphère  qu’il y avait dans les maisons où elle a vécues.

    ...
    J’ai l’impression de perdre des pans entiers de ma jeunesse.

     

    mh,

    Catégories : La lettre de mh 0 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent
  • Genèse: Famille en instance (2004)

    famille,échographie,ovules,enceinte,attendre un enfantDans la famille E.I., il y a :

    - mh, tuite ans, en instance de devenir la nouvelle écriveuse des temps moderne et/ou la future gagnante du gros lot au loto national, mais qui se fait tellement peu d’illusion qu’il lui arrive le plus souvent de ne pas écrire et tout le temps de ne pas jouer.

    - Il y a le "c et t" tuite ans, en instance d’être DJ compositeur à la mode, mais comme « mh, «  ne supporte pas les musiques électroniques, l’échéance de son être au monde est repoussée à une date ultérieure,

    - Et il y a mademoiselle X, en instance d’être, dont les progrès technologiques nous ont révélé l’existence par le biais de quelques photographies mystérieuses ou l’humain lambda reconnaît nettement des pieds, des mains un profil, un corps minuscule qui s’avère être celui d’une fille.

    L’intérêt de la chose sera décuplé lorsque la mise au monde aidant, « si Dieu veut », comme dirait ma grand-mère de l’Est, tout ce monde cohabitera dans une inconnue félicitée familiale.

    L’idée de famille là (en tant que génitrice) n’est pas complètement dégoûtant pour mh, mais lui est parfaitement inconnu.

    Tout cela lui semble d’un incongru dont le commun des lecteurs n’a pas la pointe d’une idée. De là où elle se trouve, cette idée de famille (mon dieu pitié misère même à la troisième personne j’ai du mal) lui semble aussi étranger que le plongeon imminent dans la fosse grouillante d’une brousse sud américaine, bien fourmi en bestiaux de tout genre.

    Lire la suite

    Catégories : La lettre de mh 4 commentaires Imprimer Pin it! Lien permanent
  • La ballade des pendus. (texte du 11 septembre 2001)

    File:September_11_Photo_Montage.jpgLa folie c'est de penser que cela c'est passé. La folie c'est qu'ils ont rapproché le désastre de chacun. Ils l'ont mis tout près. Les faiseurs d'images du monde entier se trouvaient là pour que nous entrions dans l'intimité de la douleur, et de cela ils se sont servis.

    Même si la colère nous prenait à penser que d'autres n'avaient pas eu droit à l'exploration de leur mal et que, du coup, celui-ci nous avait paru plus lointain, ils avaient visé " juste ". Ils avaient atteint l'endroit où TOUTES les douleurs seraient comprises.


    " Frères humains qui après nous vivez ", cette phrase ne cesse de me trotter dans la tête.

    J'ai arrêté les paroles des transistors. Je sais que cela est arrivé et que cette douleur ils ont réussi à la rapprocher de moi, et la rapprochant, ils prennent le risque que les Hommes y réagissent avec sagesse.

    La détestation d'un système dont je profite, ne m'empêchera pas de penser à ceux là " Frères humains ", et tous les désastres me deviennent soudains plus proches, et celui-ci, désastre parmi les autres prend sa place.

    Qui suis-je, hors du temps, qui suis-je sur la roue même à me demander pourquoi je vis, et pourquoi ceux-là sont morts ?

    Vous les disparus, vous les souffrants, en tout temps et en tous lieux
    Me montreriez-vous ce qui en moi vous tue ?

    mh,

    Catégories : Devant mon thé,, La lettre de mh 3 commentaires Imprimer Pin it! Lien permanent
  • Mon grand-père faisait des cordes.

    Mon grand-père faisait des cordes.

    Je me revois en train de tirer vers moi, de toutes mes forces un engin cruciforme en bois, et de le tourner sur lui-même. Le papi Solano au fond de la cour, et moi à l'autre bout, presque sur la route.

    Ce n’était pas des petites cordes  hein !

    Il était maigre, tout en muscles jusqu'à sa mort.

    En colère quasiment jusqu'au bout aussi.

     

    Lire la suite

    Catégories : Blog 2 commentaires Imprimer Pin it! Lien permanent
  • En dansant

    Parfois, je ne peux rien y faire,
    je danse
    je marque le rythme que je peux
    je danse
    jusqu'à la transe quand je m'y laisse prendre
    Je danse avec des gens avec des arbres avec l'air avec le soleil avec ma souris (sic)
    ma tête se balade,
    je ne peux imaginer l'effet que je fais à ceux qui me regarde,
    cela me devient parfaitement égal.
    J'aime l'idée de danser dans des endroits parfaitement inappropriés
    juste cette magie de l'instant.
    Il m'est impossible de décrire cela avec des mots,
    mais
    je sais que tout a un rythme

    que certains silences se dansent aussi.

    (c) mh,

    Catégories : La lettre de mh 1 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent
  • "... A l'exactitude."

    "Même sublime, le travail d'un écrivain procède d'un terrain composite, parfois déplaisant (euphémisme), et ne vise pas au sublime, mais au plus inaccessible, au plus réticent: à l'exactitude. Et le miracle de sa production tient souvent de son lien avec le trouble général, voire de l'intimité de ses racines avec la défaillance, la pourriture, ou pire... "


    Extrait de la biographie de Virginia Woolf, par Viviane Forrester

     

    mh, qui cite.

    Catégories : Devant mon thé,, La lettre de mh 1 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent
  • Entrevue

    clarice.jpg- Quelle est la chose la plus importante du monde ?

    - Faire en sorte que le monde soit digne pour toutes les vies humaines et pas seulement pour quelques-unes.

    Réponse de Pablo Neruda à Clarice Lispector (Lu dans: La découverte du monde)

     

    mh, qui cite.

     

     

     

    neruda-allende.jpg

     

    Catégories : La lettre de mh 1 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent