Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'année en route et la garde nationale.

Pour vous souhaitez une bonne et heureuse année, avec juste le retard qui fait que cela devient nettement plus original qu'en début de mois, mais pas trop quand même: un texte trouvé danns les commentaires de Superno.

Bonne année à vous tous là, qui me lisez et merci encore de le faire !

mh,

Citoyens,
Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables. Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l’action ; ils sacrifieront tout à un beau discours, à un effet oratoire ou à mot spirituel. Evitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère. Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue. Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste, et c’est aux électeurs à choisir leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter. Citoyens, Nous sommes convaincus que si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèrent jamais comme vos maîtres.

Le Comité Central de la Garde Nationale durant la Commune de Paris en mars 1871.

Catégories : Devant mon thé, 1 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent

Commentaires

  • ci-fait, l'idée était bonne. Las! à l'époque, ni télé abrutissante, ni affiches 4X3, ni "chauffeurs de salles" (quoique). Le peuple, dans le silence de sa solitude partagée dans les bistros, des cantines et les chantiers, avait le loisir de partager ses attentes, et de définir celui ou ceux qu'il voulait ou pouvait élire...Hélas,Gustave le Bon est passé par là, puis Bernays, et les analystes des media: ils ont inventé le mot "propagande", puis le mot "Marketing". Ils ont isolé la parole et imposé un mode de pensée unique (inique), puis mis en place des outils d'antireflexion (demandez-vous pourquoi les examens aux USA sont tous basés sur des QCM !!! ), de manière à assurer l'abrutissement total des electeurs...

Les commentaires sont fermés.