Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le cru et la pluie (re-publication de la première LMH) | Page d'accueil | Tchernobyl: la cure anti-âge efficace ! »

jeudi, 27 mars 2014

Le théâtre du « gagne ta croute ».

Demain, il y a théâtre.
La pièce que je joue pour gagner ma vie, pour nourrir la Ninette.
Parfois, je crois à mon personnage, juste le temps de me faire peur.
Parfois, je m’ennuie ; je m’oblige à ouiouitter, à ne pas relever le front, je meuble, je fais l’imbécile. Attentive à ne pas en prendre l’habitude.
C’est si facile.
Il y a quelque chose de confortable à ne pas risquer grand-chose. Je le croyais.
Maintenant, j’ai peur de perdre plus que ce que je gagne.
J’essaie de prendre ce qu’il y a à prendre, mais soit je suis fatiguée soit, le contenu n’est pas si riche.

Allons courage courage : demain, il y a théâtre…

mh, (3/3/2013)

Commentaires

fut un temps où une amie me regardait drôlement, lorsque je lui avouais ma terreur d'un jour ne pas "gagner ma croûte", tellement que j'en suis devenu depuis des décennies un malade du boulot, mêlant une obstination farouche du travail à la fausse envie d'un "standing", qui, de toutes façons, ne me ressemble pas . Et là, je lis des mots qui écrivent une peur identique. Vient alors le choix du renoncement à ma peur ou celui de mes rêves... Quant à nos idéaux de bonheur, de justice, et autres blas blas... je les retrouve à peine dans la poussière qui s'est glissée sous le tapis... Malheur de nous-autres ! C'est vrai que bien souvent, on se demande bien sur quelle scène on joue, et de retour à la maison, on se demande comment on a pu faire pour "tenir"...courage ! puisqu'on ne peut plus fuir...

Écrit par : robinson | lundi, 04 mars 2013

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.