Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mon allergique ma pucinette.

    Pin it!

    medium_allergie_1.jpgMa « puce d’amour que j’aime », ma souris, la chair de ma chair (et de mon cher allez) ma fille de 20 mois donc, est allergique aux produits laitiers (vache brebis ânesse… ) aux œufs (poule, cane, autruche, caille…) et aux noisettes.
    Pour parer aux manifestations d’allergie future de l’enfant, l’allergologue m’a demandée de ne pas insister sur les fruits rouges, les fruits à coque et tous les aliments à risque. (sic)
    De plus, la petitoune allergique en question, c’est mis en tête de ne plus manger que : de la viande, des frites, quelques pâtes, et des flans soja à la vanille d’une marque précise.
    À cette occasion, je me découvre une créativité morne en matière de cuisine.
    Je creuse donc péniblement ce qui me reste de cervelle, pour faire ingurgiter à la dite enfant : 1.une nourriture solide, 2.des légumes et des fruits.
    Je vais partager avec vous ici les recettes que mademoiselle trouve à son goût. Elles sont issues de ma recherche frénétique sur l’Internet, d’ouvrages savants,  ou de la cervelle amoindrie dont il a été question plus haut. Cette dernière tentera un jour, peut-être, l’élaboration de menus à la semaine et « oh que j’aime la science fiction ! » au mois. En attendant ce jour faste, ainsi que le manuel de recettes de la petitoune et de ses divins parents, la première recette dans la note suivante…

    La cervelle de mh vous salue et vous invite à participer, cela va sans le dire.

     

  • Coulpe Extra large

    Pin it!

    medium_dv714014.jpgPour ceux qui suivent les aventures d’une vie de mh en pointillés extra larges : le déménagement est FI-NI, l’enfant en crèche trois jours par semaine et mon planning en attente. Quasiment vide pour le moment.
    Mon temps n’est plus entièrement consacré à la louloute et à son bonhomme de père.
    J’y suis une étrangère. Je me sens coupable de ne pas travailler, œuvrer pour le bien commun : l’enfant, l’homme, les impôts.
    J’ai peur de m’allonger après le déjeuner sous peine de me faire surprendre. Surprendre ?
    Je suis coupable.
    Qu’est-ce donc ces mots que j’écris ? Je vole le temps que je mets à les taper.
    Je stresse à l’idée de composer le menu du dîner. La vaisselle sale m’angoisse.
    Je viens de courir chercher sepia officinalis à la pharmacie histoire de remettre mes neurones dans un état acceptable. Je regarde l’heure.
    Déjà !
    Mon temps est court.
    Je suis toute perdue dedans.

    mh,