Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mh, à l’étouffée.

-          Jorgue, je t’ennuie ?

-          Rarement.

-          Moi en ce moment, je m’ennuie.

 

Jorgue est venu. D’un monde qui n’existe plus. D’un monde où mon temps de cerveau était beaucoup plus disponible à lui, à mes amis, à la lecture, à l’enthousiasme, à la colère, à l’écriture.

D’un autre monde.

-          C’est grave si je suis là ? dit Jorgue en regardant la porte.

-          Non, je suis en congé maladie. J’ai le droit d’être malade et qu’un ami vienne me voir.

-          Tu réponds comme si tu voulais t’en convaincre.

-          Peut-être. Je vieillis aussi.

-          T’es pas la seule.

-          C’est bizarre quand même cette histoire de vieillir.

-          Oui.

-          Oh toi, t’as l’air de rien, t’es aussi gravure de mode qu’il y a dix ans.

-          Merci.

-          Tu ne peux pas me dire ça à moi parce que moi je n’ai jamais été gravure de mode.

-          …

-          Bon, pourquoi t’es venu Jorgue ?

-          Pour visiter une amie malade.

-          T’aurais pu dire… Tu vois, t’as pas dit… « Une gravure de mode en congé maladie. J’aurais aimé. Même une vieille, une vieille gravure….. »

-          mh, arrête.

-          Non, c’est pas si souvent que je t’ai sous la main. Dans quelques heures, je n’aurais plus personne à qui raconter mes états d’âme.

 Jorgue a l’air tout mal à l’aise dans ce « nouveau » chez moi de 4 ans d’âge.

-          Ça ne ressemble pas beaucoup à la mh que je connaissais ici.

-          Je n’ai pas réussi à faire mieux. Mon moi de maintenant est comme ça.

C’est ce que je dis à Jorgue.

-          mh, ça va ?

-          Non et toi?

-          Je suis vivant, je fais ce que j’aime : ça va.

-          Tu m’énerves.

-          Vide ton sac de vieille gravure de…,

-          J’étouffe merde Jorgue j’ÉTOUFFE ! J’arrive plus à respirer, et je ne sais pas comment sortir ce que j’ai dans la gorge. Ce gros machin qui bloque tout.

-          Gros comment.

-          Comme, comme... Je ne sais pas j’ai juste envie de… Je ne sais pas. Juste j’étouffe.

-          Je suis désolée.

-          Oui, c’est chiant une mh qui va pas bien hein ?

-          Quoi… ?

-          Toi aussi tu m’étouffes. De toute façon je ne suis plus cette mh là.

-          Mais…  quoi ?

Il a fallu que je lui donne sa veste et que je lui ouvre la porte.

Après, je me suis assise dans le salon. J’étais toute seule.

mh,

J’ai un peu mieux respiré.

Catégories : La lettre de mh 0 commentaire Imprimer Pin it! Lien permanent

Les commentaires sont fermés.