Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le retour de Jorgue.

bourguignon.jpgTandis que le « c et t » gagne son pain à la sueur de son front, j’ai invité Jorgue à un déjeuner des plus frugal : Les restes du bourguignon d’hier soir, un roquefort à tomber et du pain fait de mes blanches mains, vaguement aidée pour le pétrissage, par la machine à pain.
- On se voit en cachette ?
- Non, je n’ai pas dis que tu venais c’est tout.
- Il est bizarre ton mec.
- … Paraît qu’on a les hommes qu’on mérite.
J’enlève le couvercle de la cocotte en fonte. Le fumet du bourguignon qui a cuit tout doucement trois heures, envahit la pièce.
- Je crois qu’on va se régaler, dit Jorgue.
- Merci. Et toi tes femmes ?
- Quoi mes femmes, je suis amoureux depuis 4 ans ? Tu as oublié ?
- Non.
J’ai servi Jorgue. J’ai installé les assiettes sur la table basse du salon. J’ai l’impression de pique-niquer en douce. Ça m’agace.
- C’est bon mh,
- C’est drôle de se revoir après tant de temps. Tu as un peu grossi.
- Eh ! Toi aussi.
- Oui mais toi, ça te va bien.
Jorgue hausse les épaules.
- Je vais vivre avec elle.
- Il t’a fallu trois ans pour te décider ?
- Pas moi mh, elle. Il lui a fallu trois ans pour se décider.
- …
- C’est bizarre non ?

Jorgue a déjà fini son assiette, je le ressers. Ces jambes sont allongées sur la table basse. Il porte une sorte de pantalon de jogging en lainage fin, qui lui va très bien. Je voudrais qu’il soit moins élégant.
- Quoi ?
- En ce moment, tout me semble bizarre. Pourquoi, tu es venu me voir maintenant. Tu n’as quasiment jamais vu la ninette.
- Tu avais ton mec ta fille ta nouvelle vie. Tu n’avais pas besoin de moi.
- Qu’est-ce que tu en sais ???
- Excuses-moi. C’est que parfois le bonheur des autres…
- C'est bête ce que tu dis, Jorgue…
- Tu as peut-être raison. Mais si tu me promets un bourguignon comme ça je viens toutes les semaines.
Il ne reste rien dans la cocotte.
Je me fais une tartine de roquefort. Jorgue m’imite. J’ai presque envie qu’il s’en aille.
C’est drôle comme il faut se réhabituer aux gens.
Je me demande « comment » j’ai changé.
Je n’ose pas lui demander.

mh, 


Si vous souhaitez en savoir plus sur Jorgue, vous pouvez lire la rubrique : « La lettre de mh »




Catégories : La lettre de mh 4 commentaires Imprimer Pin it! Lien permanent

Commentaires

  • oh oh, ça craint quand on commence à se sentir obligée de voir les amis du sexe opposé en douce. On finit par s'auto-censurer et se couper des amis-hommes pour sauver ce qu'on appelle "la paix des ménages", un concept fort douteux.
    Une pente savonneuse!
    Voyons mh, quand un homme signalise peu ou prou qu'on est sa propriété, tu sais où ça mène, non?
    Les hommes tendent à confondre l'amour et la propriété privée. Fais gaffe à toi ninette !

    ça veut dire quoi C et T?

  • c et t c'est "cher et tendre".
    Ahhh !
    mh,et Jorgue une longue HISTOIRE...le c et t fait de la figuration ici, si j'ose dire. Mais chut !

  • ah c'est mignon c et t! pour une fois j'apprécie l'abréviation.
    Mais dis-donc tu titilles ma curiosité!!!

    hors-sujet: as-tu le même problème que moi avec Google: l'enfoiré refuse de m'afficher mes sites d'email et tous ceux que je veux consulter auxquels il accole un avertissement: site pernicieux. il semble que je ne sois pas la seule "victime" de Google!
    bisous. Marie

  • C'est un grooooooooooooooosss bog de google.

Les commentaires sont fermés.