Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Papier

Mon meilleur ami pose son pc portable sur ses genoux. Il a hésité un instant devant la table ronde, mais l'inconfort des chaises l'a résolu à installer son attirail et lui-même dans le canapé. Nous travaillons dans la petite pièce. Il froisse du papier. Je frappe les touches d'Ivanhoé. Je suis tranquille.

- Qu'est-ce que tu fais ?

- J'écris un texte de la lettre et toi ?

- Je finis une étude pour un client.

- Ça te plait ?

- Oui et toi ?

- Oui... tu aimes " mh " ?

- ...

J'ai cessé d'écrire. Mon meilleur ami, qui ne voit que mon dos du canapé, demeure silencieux.

- Tu me demandes si je t'aime ?

Je me tourne vers mon ami.

- Non non ! Non je... je voulais juste te demander si tu aimais la " mh " que j'écrivais.


- Cette question là tu ne me l'avais pas encore posée.

- Celle-là non.

- Elle est très séduisante... Tu fais tout ce qu'il faut pour qu'elle le soit.

- Tu ne répons pas.

- J'aime ce personnage.

- Je voudrais qu'elle soit toutes les femmes, tout ce que je suis, tout ce que je ne suis pas et tout ce que je pourrais être.

- C'est un personnage que tu as créé. Ne mélange pas.

- Peut-être est-ce moi qui m'invente.

Mon meilleur ami soulève son ordinateur portable et le pose sur la petit table à sa droite.

- Viens-là, dit-il.

Je me lève, repousse le fauteuil à roulette. Je vais m'asseoir près de lui. J'embrasse son cou et laisse mon visage enfoncé dans le creux de son épaule, dans son odeur.

- Qu'est-ce qu'il y a mh ?

- Je suis enrhumée

- Non...

- Oh ! Si toi aussi je t'inventais si toi aussi je t'inventais, si tu n'étais qu'un ami de papier...

Il caresse mes cheveux doucement.

- Chut, l'entends-je murmurer.

mh, 2003

La citation :

" ...elle pensa à ce en quoi il se transformait pour elle, à ce qu'il semblait vouloir qu'elle sût, elle supposa qu'il voulait lui apprendre à vivre sans douleur tout simplement, il avait dit une fois qu'il voulait, si on lui demandait son nom, qu'elle ne répondit pas " Lori " mais qu'elle pût répondre " mon nom c'est moi ", car ton nom, avait-il dit, est un moi, elle se demanda si la robe noire et blanche conviendrait. "

Clarice Lispector. Un apprentissage ou Le livre des plaisirs. Éditions des Femmes.

Catégories : La lettre de mh 5 commentaires Imprimer Pin it! Lien permanent

Commentaires

  • J'adore reprendre de temps en temps une de tes petites tranches de vie. Elles font du bien. L'intéressant est qu'on ne saurait dire si tu nous emmènes en bateau ou si tu fais dans le réalisme. Tu écris TRES bien.
    Amitiés du 38e parallèle.

  • Lui aussi je crois qu'il aurait bien voulu remonter la pendule. retrouver le froissement des platanes au-dessus du banc du boulevard, quand il attendait en lisant Saint Exupéry, un après-midi... Si la clé existait encore.

  • très joli mh!

  • bien joli commentaire de Pablo, très poétique

  • est-ce qu'on a droit à la nostalgie dans ce monde ? je me demande pourquoi les sentiments, les sensations, les émotions ne sont pas inscrites dans la grande liste des droits de l'homme. Un fauteuil devant une fenêtre, regarder la vie au-delà de sa demeure. Elle marche, MH, sous la pluie fine du boulevard, sa silhouette brille dans le vernis du trottoir. Il l'attend.

Les commentaires sont fermés.