Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Transportée.

Et si je n’avais rien perdu ?

Ni la langue des arbres

Ni le « sentiment océanique »

Ni l’indescriptible perceptibilité musicale

Ni la jouissance à écrire

Ni, ni, ni…

Juste là, tout se cacherait, derrière les yeux de ma fille.

 

Dieu ! Ce qui nous transporte !

 

mh,

Catégories : Devant mon thé,, La lettre de mh 2 commentaires Imprimer Pin it! Lien permanent

Commentaires

  • et ne viens pas me dire que tu n'as pas l'âme poétique !

    on oserait le "magnifique", mais ça va pas te plaire, heing ....

  • Très joli petit poème

Les commentaires sont fermés.