Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La maison de mh

    Pin it!

    (Texte déjà publié qui date d'une dizaine d'années... depuis j'ai changé de maison, peut-être faudrait-il que j'en change encore...)

    Ma maison est toute petite.

    Et puis ce n'est pas vraiment une maison.

    Quelqu'un en se moquant la traitée de soupente. Cela ne m'a pas fait plaisir.

    Je suis perchée depuis tant d'années dans ce bout de Paris que je ne me rends pas bien compte.

    Ma maison a l'air fragile d'une vieille dame en mauvaise santé. Je m'en aperçois depuis peu et cela m'attriste.

    Bien que toute petite et malgré tous les travers que je lui vois, ma maison semble agréable aux visiteurs. J'ai souvent l'impression qu'ils voudraient y demeurer seuls. Habiter sous le bois de la mezzanine, lire dans les coussins, feuilleter les revues, respirer l'odeur des fleurs que des amis parfois m'envoient.

    Dans ma maison, il y a une étagère de travers, croulante sous les livres les dossiers les papiers. Il y a un gros fauteuil confortable, que j'ai hissé en haut des six étages au prix de tant d'efforts, et d'un curieux courage sur moi-même à une époque où je n'en avais aucun, qui me le rende cher. Il y a un canapé tout mou, acheté à une voisine. Il y a une armoire sur le point d'exploser mais qui résiste à tout par, je ne sais quelle sorcellerie.

    Lire la suite

  • mh et la crise.

    Pin it!

    DSCN7348.JPG- Jorgue, et si je n’ai plus de travail ?
    Jorgue a repris ses petites habitudes. Il gare son vélo dans l’entrée de l’immeuble où je vis aujourd'hui à quelques centaines de mètres du précédent.
    Le C et T, ne veut pas m’avouer qu’il ne voit pas d’un très bon œil la réapparition de cette gravure de mode dans mon paysage, il râle :
    - Tu lui diras qu’on ne doit rien mettre dans les parties communes de l’immeuble. Ni trottinette ni vélo, rien.
    Bref. Je n’ai pas vérifié, mais je suis sûre que Jorgue l’a quand même garé en bas.
    - Si tu n’as plus de travail ? Tu t’inscris aux Assedics enfin le nouveau nom que ça a maintenant.
    - Le pôle emploi, je me suis renseignée. Mais s’il y a tellement de chômeurs qu’ils ne payent plus rien, ou bien, si l’argent ne valait plus rien, comment je ferais pour nourrir ma fille ?
    - Je ne sais pas. Tu retournerais chez ta mère, ou chez celle du C et T
    - Ah oui, c’est ça que tu penses toi aussi la campagne.
    - Si c’est histoire de « nourrir » ta fille, il y a plus de tomates dans le jardin de ton père que dans le parc Montsouris.
    - Oui mais le chauffage ? S’il n’y a plus de pétrole ?
    - Tout en même temps ? Le chauffage, la nourriture ?
    - Oui et aussi, comment je trouverais de la viande, des vêtements.  Et si Internet ne fonctionnait plus !!!

    Lire la suite

  • Jardin du Luxembourg

    Pin it!

    Du balcon je vois les palmiers
    Les sages arbres taillés
    Les fleurs, les gens.


    Après de longs crépitements
    Tout à l'heure j'ai entendu
    Les cuivres et les voix aiguës
    Portées jusqu'à moi par le vent.

    Il est un jardin de calme
    À bruits d'eau et à bruits d'enfants
    Où partout des reines muettes
    Guettent et songent…

    mh, Petite chose des cartons, jardin du Luxembourg, juillet 1989